Récit d’un Dépressif 4 – Le sol

29 septembre 2017

Salut, aujourd’hui on va abordé deux thèmes, l’un faisant le lien avec l’article précédant l’autre est un fragments pour les prochains. Dans l’article précédant je parlais du néant et de la chute, la chute, ça a était la perte de mes repères, c’est comme un sol qui se dérobe sous vos pieds, ce sol c’est les fondations de votre vie, vos souvenirs, votre futur, votre présent, il y a le sol juste sous vos pieds, … Continuer la lecture de « Récit d’un Dépressif 4 – Le sol »

Salut, aujourd’hui on va abordé deux thèmes, l’un faisant le lien avec l’article précédant l’autre est un fragments pour les prochains.

Dans l’article précédant je parlais du néant et de la chute, la chute, ça a était la perte de mes repères, c’est comme un sol qui se dérobe sous vos pieds, ce sol c’est les fondations de votre vie, vos souvenirs, votre futur, votre présent, il y a le sol juste sous vos pieds, pour moi c’était la famille, le contact direct de tous les jours, quasiment présent à chaque instant, ça ça n’a pas trop changé malheureusement, il est toujours la proche de la surface palpable, mais il recule petit à petit, l’ancien sol à disparu, il a fait place a des sables mouvants, dont il faut réussir à s’extraire pour avancé, ne vous inquiétez pas ils ne sont pas mortel, enfin s-il le sont, mais pas définitivement, je pense que la mort telle que nous la connaissons n’existe pas, je ne pense pas que ce soit un point final, enfin c’est complexe je l’aborderais dans un article spécial, mais pas ici, restons dans le vivant tant que nous le pouvons, c’est bien mieux je vous l’assure…

La métaphore du sol c’est une métaphore peu claire changeons en, prenons à la place la sangsue, imaginé s’en une qui ne pompe pas le sang, mais les bonnes émotions, imagine que ton âme ne puisse plus ce nourrir de vie, c’est le sang qui se glace, la boule au ventre en permanence, la faim qui disparaît, c’est difficile de l’imaginer si on le vie pas, difficile d’y mettre des mots dessus, comme je l’ai déjà dit c’est mourir en restant vivant.

Reprenons la métaphore du sol, légèrement sous le sol il y a (pour moi) le travail, enfin dans mon cas c’était une motivation financière, aucun travail personnel, aucune avancée, juste une source d’argent… Certain arrive à vivre seulement d’un travail, en fait la plupart des gens ne vivent pas avec ils sous-vive avec, j’ai vécu ça, j’ai côtoyer des personnes qui à plus de 40 ans ne supportais plus leur activité, leur emploi, mais ils continuent, en fait sans s’en rendre compte ils deviennent ce qu’il déteste le plus, il a une expression particulière juste, mais aussi extrême, extrême dans le fait qu’elle fait appel à votre courage, c’est “Plutôt mourir debout que de vivre à genoux”. Ayons le courage d’avoir une vie décente. N’est-il pas juste et équitable de réclamer comme droit fondamental l’accès à la santé, à la nourriture et à un toit, vous vous dite certainement que la santé oui, mais vous avez des doutes pour la nourriture et le toit ? Je pose la question autrement, que voulais-vous pour vos enfants et vos parents ? Je divague reprenons la métaphore du sol…

Quoi que plus tard j’en es assez dit pour aujourd’hui…